La connaissance de la langue française, sont obligatoires pour les candidats à l’immigration

Compétences linguistiques


La ministre Kathleen Weil annonce l’exigence de tests standardisés de compétences linguistiques pour les candidats à l’immigration


La ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Mme Kathleen Weil, annonce que, dès aujourd’hui, des tests standardisés de compétences linguistiques, notamment sur la connaissance de la langue française, sont obligatoires pour les candidats à l’immigration. « Afin d’assurer la pérennité du français et de permettre une meilleure intégration des immigrants à la société québécoise, de nombreuses mesures ont été mises en place par le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles en ce qui a trait à la sélection et à la francisation des personnes immigrantes. Dans cette foulée, l’exigence de tests de compétences linguistiques nous permet d’assurer une meilleure évaluation de la connaissance de notre langue commune », a déclaré la ministre.


Mme Weil rappelle que la connaissance de la langue française est un enjeu qui a été soulevé à maintes reprises lors de la récente consultation publique sur les niveaux et la composition de l’immigration. « Cette nouvelle façon d’évaluer les candidatures, qui s’applique aux travailleurs qualifiés, fait l’objet d’un large consensus tant au sein de la population qu’auprès des intervenants. De plus, elle assure aux candidats une évaluation précise, homogène et équitable de leurs compétences linguistiques », a ajouté la ministre.


Notons que tous les nouveaux candidats à l’immigration de la sous-catégorie Travailleurs qualifiés qui souhaitent obtenir des points dans la grille de sélection pour leur connaissance du français (requérant principal et conjoint : maximum de 16 points) et de l’anglais (requérant principal seulement : maximum de 6 points)devront dorénavant démontrer leurs compétences en expression et compréhension orale en présentant obligatoirement, au moment du dépôt de leur demande, les résultats d’un test de compétences linguistiques réalisé auprès d’un établissement reconnu par le Ministère.


« Une évaluation rigoureuse en amont du processus assure d’une part une meilleure sélection et, d’autre part, une meilleure planification de l’offre de service en francisation  pour répondre aux besoins des candidats, à leur arrivée au Québec. Par ailleurs, ces tests permettront de donner suite à la recommandation du Vérificateur général qui souhaitait la conformité et l’équité dans la prise de décision », a conclu la ministre.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0